L’évaluation, un facteur de changement ~ Kim van der Woerd

Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn0Email this to someonePrint this page

Je me présente : Kim van der Woerd, membre de la Première Nation ‘Namgis d’Alert Bay, en Colombie-Britannique, et évaluatrice de programme depuis plus de 20 ans. Depuis 14 ans, je suis propriétaire-exploitante de Reciprocal Consulting, un cabinet de services-conseils entièrement autochtone. Je suis ravie que le Congrès de la SCÉ se tienne cette année à Vancouver, sur les terres non cédées des peuples Musqueam, Squamish et Tsleil Wau-tuth. Les thèmes du congrès, innovation, action et réflexion, sont particulièrement appropriés au climat sociopolitique actuel. Cette année, nous avons assisté et participé à un activisme social global sans précédent et à des discussions sur les droits et privilèges qui sont en péril dans bien des segments de notre société.

Au Congrès de 2017, j’aurai l’honneur formidable de présenter le discours liminaire du congrès avec Paul Lacerte, cofondateur de la campagne Moosehide. La campagne Moosehide est un mouvement populaire formé d’hommes qui dénoncent la violence envers les femmes et les enfants autochtones. M. Lacerte est un dirigeant communautaire qui prône l’amélioration des conditions des Autochtones depuis plus de vingt ans. Ensemble, nous présenterons notre vision d’un changement social général et nous parlerons du rôle de l’évaluation comme agent de changement face à ces enjeux.

Nous, les évaluateurs, sommes de plus en plus appelés à étudier des programmes complexes dans des milieux complexes. Notre travail nous appelle à enrichir nos compétences et à multiplier nos outils pour raconter l’histoire des programmes. Le congrès de cette année nous donne l’occasion de nous ancrer, nous et nos travaux, en faisant une réflexion sur les enjeux qui nous passionnent; d’examiner les moyens d’innover, de nous faire des alliés et de mettre au point des processus pour raconter l’histoire du changement; enfin, d’utiliser des approches facilitant un passage à l’action qui contribue aux changements que nous souhaitons. Les lieux qui nous sont offerts pour la tenue du congrès de cette année nous donnent à tous la possibilité de réfléchir au rôle d’agent de changement de l’évaluation, à sa fonction politique et à l’influence qu’exercent nos droits et nos privilèges sur le récit que nous racontons. J’ai hâte de vous rencontrer tous en mai!

Kim van der Woerd est consultante indépendante chez Reciprocal Consulting et conférencière au Congrès 2017 de la SCÉ.